Actualité

Actualité

 

 

Le siège de l’Organisation Africaine de la Propriété Intellectuelle (OAPI) a servi de cadre à la cérémonie de clôture de la 9ème promotion de la formation en Master de la propriété intellectuelle, ce vendredi 28 juin 2019.
La cérémonie était présidée par l’Inspecteur Général des Services du Ministère de l’Enseignement Supérieur, représentant le Ministre d’Etat, Ministre de l’Enseignement Supérieur, en présence de nombreux invités au rang desquels des personnalités politiques et les ambassadeurs et consuls des Etats membres accrédités au Cameroun, le représentant du Directeur général de l’Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle (OMPI) et celui de l’Ambassadeur du Japon au Cameroun.
Trente-trois auditeurs provenant de seize pays d’Afrique francophone ont reçu leurs parchemins après un parcours académique de neuf mois de formation.
Cette cuvée en fin de parcours et la toute première à bénéficier des réformes qui ont été apportées à ce programme afin de l’adapter aux besoins d’un environnement socio-économique, culturel et technologique régional en pleine mutation.
Rappelons que le Master en propriété intellectuelle est une formation de haut niveau, conjointement organisée par l’OAPI, l’OMPI et l’Université de Yaoundé 2, avec le soutien du Gouvernement japonais.
Elle vise à doter les administrations publiques et privées des Etats, des cadres compétents sur des questions de propriété intellectuelle en rapport avec le développement.

Le présidium de la cérémonie
Le présidium de la cérémonie
De nombreux invités venus célébrer les lauréats
De nombreux invités venus célébrer les lauréats
Une vue de l'auditorium de l'OAPI, lieu de la cérémonie
Une vue de l'auditorium de l'OAPI, lieu de la cérémonie
Félicitations du vice recteur de l'Université de Ydé 2, le Pr MOL NANG aux majors des trois spécialités du Master
Félicitations du vice recteur de l'Université de Ydé 2, le Pr MOL NANG aux majors des trois spécialités du Master
Le répresentant de l'Ambassadeur du Japon, M. Shumpei EGAWA remet le parchemin à un lauréat
Le répresentant de l'Ambassadeur du Japon, M. Shumpei EGAWA remet le parchemin à un lauréat
Le répresentant du DG de l'OMPI également
Le répresentant du DG de l'OMPI également
Tout comme le DG de l'OAPI
Tout comme le DG de l'OAPI
Le DGA de l'OAPI
Le DGA de l'OAPI
Le Doyen du corps diplomatique, l'Ambassadeur du Gabon au Cameroun SEM Paul Patrick BIFFOT
Le Doyen du corps diplomatique, l'Ambassadeur du Gabon au Cameroun SEM Paul Patrick BIFFOT


Le mot de remerciement du délégué de la 9ème promotion, M. Fakri Hachim
Le mot de remerciement du délégué de la 9ème promotion, M. Fakri Hachim
Discours de clôture du répresentant du Ministre d'Etat, Ministre de l'Enseignement Supérieur, le Pr NKO'O AMVENE
Discours de clôture du répresentant du Ministre d'Etat, Ministre de l'Enseignement Supérieur, le Pr NKO'O AMVENE
Photo de famille
Photo de famille

La traditionnelle réunion de concertation entre la direction générale de l’OAPI et les mandataires agréés s’est tenue ce 11 juin 2019 au siège de l’Organisation, dans le but d’améliorer la qualité des services rendus aux usagers. Présidée par le Directeur Général, M. Denis. L. BOHOUSSOU, l’ordre du jour de cette rencontre portait sur les requêtes formulées par chacune des parties relatives aux questions opérationnelles de dépôt de titres et de défenses des droits attachés aux titres protégés à l’OAPI par l’intermédiaire des mandataires.

A tour de rôle, les directions opérationnelles de l’Organisation se sont succédé sur le pupitre pour présenter les remarques de leur département à l’attention des mandataires.

Pour l’essentiel, ces observations ont porté sur la nécessité pour les mandataires de communiquer à l’OAPI dans les règles de l’art, toute information afférente à la vie des titres protégés dont ils ont la responsabilité du suivi pour le compte de leurs clients. Pour le cas spécifique des inventions, les mandataires ont été invités à se conformer de près aux textes et règlements sur la question afin d’éviter toute déconvenue à leurs clients. Tout comme il leur a été rappeler les moyens à mobiliser pour mieux servir les intérêts des déposants, leurs clients.
Au demeurant, on n’a pas manqué de relever la qualité appréciable des dossiers venant des généralement mandataires pour ce qui est des signes distinctifs notamment.

Du coté des mandataires, le secrétaire général de l’Association des mandataires a sollicité un encadrement de la profession de mandataire de la part de l’Organisation. En effet a-t-il souligné au vu de la globalisation et de la généralisation du tout numérique, la profession de mandataire doit s’arrimer à cette évolution. Il a ainsi promis de faire parvenir à la direction générale les résultats d’une étude que l’Association a menée sur cette question, l’intérêt étant d’envisager des pistes pour préparer la profession aux changements en cours.
Au terme de cet échange avec les mandataires, le DG de l’OAPI a vivement conseillé à ces derniers de mettre à jour leurs infrastructures afin de mieux communiquer avec l’Organisation pour éviter ainsi la contrainte de temps et d’espace. Toute chose de nature à améliorer substantiellement le service aux usagers.

 

La contribution des indications géographiques (IG) au développement durable de l’Afrique se présente désormais plus qu’une évidence. D’ailleurs son importance a été démontrée au cours de ces deux jours de table ronde organisée conjointement par l’OAPI, l’ARIPO et l’OMPI à Yaoundé, sur le thème « Les indications géographiques en Afrique : enjeux de développement territorial, d’intégration économique et de commerce ». Toutefois pour y arriver, les délégations présentes à ladite réunion ont reconnu la nécessité de mettre en place des dispositions sur le plan national pour développer des systèmes de protection et de valorisation des IG.

Ainsi, dans l’intérêt des producteurs locaux et du développement local, il en ressort en guise de résolutions, l’établissement d’un cadre institutionnel et légal apte à soutenir les démarches de qualité liée à l’origine des producteurs locaux et la protection de leurs indications géographiques. Ceci passera par la mise en place des politiques publiques nationales concernant le développement et la promotion de l’utilisation stratégique des IG, par un cadre légal assurant la protection des IG, par la mise en œuvre d’un cadre de collaboration multi-acteurs destiné à accompagner les producteurs locaux dans leurs démarches, etc.

De même, les parties prenantes à cette table ronde ont conclu de procéder à une identification minutieuse des produits pouvant bénéficier d’une protection par IG, à développer l’expertise nécessaire au niveau tant des autorités que des acteurs nationaux et à assurer un accompagnement des producteurs locaux par les autorités et experts nationaux dans le développement des IG.

Tout en remerciant l’OAPI d’avoir abrité cette première réunion tripartite sur les IG, les participants ont émis le vœu que ce genre de rencontres se renouvelle très souvent, afin d’échanger sur l’actualité y afférente et de s’enrichir des expériences mutuelles.

Depuis ce matin 04 juin 2019, l’OAPI, l’OMPI et l’ARIPO organisent conjointement la table ronde régionale sur les indications géographiques à l’hôtel Hilton de Yaoundé au Cameroun. La cérémonie d’ouverture de cette réunion présidée par le ministre des Mines, de l’Industrie et du Développement technologique du Cameroun (MINMIDT), M. Gabriel DODO NDOKE, en présence de la Vice-Directrice Générale de l’OMPI, madame Wang BINYING, des Directeurs Généraux de l’OAPI et de l’ARIPO, lance ainsi le début de travaux de deux jours sur la promotion des indications géographiques et leur possible impact sur le développement local durable.

Avec pour thème « les indications géographiques en Afrique : enjeux de développement territorial, d’intégration économique et de commerce », cette grande rencontre qui réunit des experts venus de seize pays, se veut un moment de réflexion sur le rôle des indications géographiques comme source potentielle de développement économique en Afrique. En effet, comme l’a souligné dans son propos de circonstance le DG de l’OAPI, M. Denis. L. BOHOUSSOU, « les indications géographiques offrent aux producteurs locaux et même aux populations africaines, une chance inouïe de jouir pleinement des bienfaits de la propriété intellectuelle ». Cette réunion prendra fin demain 05 juin 2019.

 

Page 88 of 100
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. Cookie policy. I accept cookies from this site. Agree