Actualité

Actualité

 

 

Une délégation de l’OAPI, conduite par son Directeur général Denis BOHOUSSOU prend part du 14 au 22 juillet 2022 à la 63ème série de réunions des assemblées des Etats membres de l’Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle (OMPI).

En marge de ce grand rassemblement mondial de la propriété intellectuelle, des rencontres bilatérales de haut niveau auront lieu avec les différents partenaires l’Organisation, afin de faire le point des programmes de coopération en cours.

L’agenda des premières rencontres prévoit, entre autres, une réunion avec l’Institut Mexicain de la Propriété Industrielle (IMPI), l’Office de l’Union Européenne pour la Propriété Intellectuelle (EUIPO) et l’Office Japonais des Brevets (JPO).

 

Denis BOHOUSSOU, le Directeur Général de l’OAPI a rencontré cet après-midi du 05 juillet 2022 l’ensemble du personnel, dans le cadre d’un compte-rendu de la dernière session extraordinaire du Conseil d’Administration tenu le 1er juillet 2022, sous la présidence de Abdoulaye TALL, ministre de l’Industrie du Burkina-Faso et Président du Conseil d’Administration de l’OAPI. A l’issue de cette réunion les mandats du Directeur général et du Contrôleur financier ont été renouvelés pour les cinq prochaines années à compter du 1er août 2022.

Constant dans son propos, le Monsieur BOHOUSSOU au cours de la rencontre avec le personnel, a réitéré son vœu de voir l’ensemble du personnel se remettre au travail et cultiver le vivre ensemble pour permettre à l’OAPI de remplir ses missions. Pour lui, il appartient désormais à chacun de travailler à redorer le blason de l’Organisation.

S’exprimant au nom du personnel, BAKINIEN François-Xavier, délégué du personnel a remercié le Directeur général pour les mots de réconfort. À la suite du DG, il a invité le personnel à œuvrer désormais pour le seul intérêt de l’institution. Il a terminé son propos en priant pour que santé et courage soient accordés à l’équipe dirigeante afin qu’elle conduise l’OAPI à un bon rivage.

Avant lui, TOURE Serigne le Contrôleur Financier s’était déjà réjoui des propos du DG qui témoignent de la confiance retrouvée.

 

 

 

 

Des techniciens des Centres et Instituts de recherche agricole des états membres de l’OAPI ont pris part du 12 au 24 juin 2022, à une formation sur l’examen de Distinction Homogénéité Stabilité (DHS), dans des Institutions spécialisées partenaires que sont le GEVES (Groupe d’Etude et de contrôle des Variétés et des Semences) en France, et le NAKTUINBOUW en Hollande.
Effectuée dans le cadre du Projet de Promotion du système de Protection des Obtentions Végétales (PPOV) de l’OAPI, cette mission de terrain regroupait 13 techniciens venus respectivement du Centre National de Recherche Agricole (CNRA) de Côte d’Ivoire, de l’Institut Sénégalais de Recherches Agricoles (ISRA), de l’Institut de Recherche Agricole pour le Développement (IRAD) du Cameroun, et enfin, de l’Institut de l'Environnement et de Recherches Agricoles (INERA) du Burkina Faso.
Le Directeur des Brevets et des Créations Techniques et le Chef de projet PPOV de l’OAPI y ont également pris part. Ces derniers ont mis à profit leur séjour en France et en Hollande pour rencontrer les Responsables du GEVES, du NAKTUINBOUW et le Président de l’Office Communautaire de Variétés Végétales (OCVV), avec lesquels, ils ont discuté, -entre autres - du déroulement de cette formation et des perspectives à venir.
En effet, au cours de cette dizaine de jours, les participants ont passé en revue tous les aspects relatifs à la conduite des examens DHS selon les directives de l’Union pour la Protection des Obtentions végétales (UPOV), à savoir : La réception du matériel végétal, la préparation et la réalisation des essais, l’observation et la notation des caractères, la description de la nouvelle variété végétale obtenue, etc.
Ainsi, les techniciens des quatre centres d’examen sont désormais outillés à pratiquer les essais DHS selon les normes de l’UPOV pour la satisfaction des obtenteurs des Etats membres de l’OAPI.
En rappel, une nouvelle variété végétale, créée par un obtenteur avec des propriétés et des qualités particulières, est protégée par un titre de propriété intellectuelle appelé Certificat d’Obtention Végétale (COV). L’examen de la DHS pour la nouvelle variété végétale est l’examen technique qui participe à la délivrance du COV.

Le Directeur général de l’OAPI, Monsieur Denis BOHOUSSOU a procédé, le jeudi 16 juin 2022, au lancement de la troisième série de tables rondes sur la mise en place des plateformes de travail collaboratif entre les universités et centres de recherche dans les Etats membres de l’OAPI.
Dans son allocution d’ouverture Monsieur BOHOUSSOU a souligné que « ce projet… permet de se rappeler qu’en dehors de la délivrance des titres de propriété industrielle, une autre des missions assignées à l’OAPI est celle d’accompagner les Etats membres dans leur développement technologique … c’est pourquoi, l’un des objectifs inscrits dans le Plan stratégique 2018-2022 de l’OAPI, est de promouvoir l’utilisation stratégique de la propriété intellectuelle » a-t-il conclut, non sans avoir réitéré le soutien total et l’accompagnement de l’OAPI dans la mise en place ce projet.

La cérémonie, organisée en mode Hybride s’est déroulée en présence de Messieurs Gregor SHNEIDER, Chef Adjoint du projet AfrIPI, (Projet de Droits de Propriété Intellectuelle et d’Innovation en Afrique), Gabriel PECQUET représentant l’Office Européen des Brevets (OEB), et des Responsables des Structures Nationales de Liaisons (SNL) des Etats membres de l’OAPI.
Les universités, centres de recherches et tous les secteurs concernés par les questions de développement industriel et d’innovation étaient également fortement représentés.

Cette initiative, organisée en collaboration avec le projet AfrIPI et l’OEB a pour but d’aboutir à l’identification de pistes et thématiques spécifiques pour la création et l’amélioration de cadres nationaux d’innovation regroupant les secteurs privés et les secteurs de la recherche.
La première étape du projet avait consisté à faire mener par un consultant - le Professeur Barthelemy NYASSE-, une étude dans le but de dresser un état des lieux de l’écosystème de l’innovation dans les états et de formuler des outils juridiques et techniques utiles à la mise en place de cette plateforme.
C’est à la lumière du rapport d’étude du consultant que les participants de cette série de tables rondes seront invités à faire des propositions sur la structuration des différentes plates-formes en fonction des objectifs visés, leur financement, et à faire des recommandations pour le choix et les modalités de mise en œuvre des plateformes adaptées à leur contexte.
Les premières et deuxièmes tables rondes liés à ce projet avaient eu lieu respectivement le 21 avril 2022 avec le Burkina Faso, le Cameroun, la Côte d’Ivoire, le Sénégal et le Togo, et le 02 juin 2022 avec le Congo, le Gabon, la Guinée, le Mali, les Comores et la Centrafrique.
Les travaux de cette journée du 16 juin constituaient la troisième et dernière table ronde et se déroulent simultanément au Bénin, en Guinée Equatoriale, en Guinée Bissau, au Niger et en Mauritanie.

Comme pour les précédentes, en plus de l’étude du rapport d’analyse de l’écosystème des plateformes d’innovation, la suite des travaux techniques à permis le partage de l’expérience de l’OEB sur les politiques d’innovation et le passage en revue des meilleures pratiques dans le domaine de transfert de technologie en Europe et interaction entre un centre du type #PATLIB avec les centres de transfert de technologie ou les PME.

Les échanges qui se poursuivront après les trois tables rondes devraient aboutir à la formulation d’une proposition de plateforme de travail collaboratif qui sera présentée le 13 septembre 2022, à l’occasion de la célébration de la Journée Africaine de la Technologie et de la Propriété Intellectuelle.

Page 5 of 72
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. Cookie policy. I accept cookies from this site. Agree