Actualité

Actualité

 

 

L’OAPI est présente au 8ème Salon international de l’entreprise, de la PME et du Partenariat de Yaoundé (PROMOTE) qui se tient du 19 au 27 février 2022 à Yaoundé (Cameroun).

A travers un stand animé par cinq fonctionnaires de l’Organisation, l’OAPI est venue démontrer le rôle de la propriété intellectuelle dans le développement industriel, expliquer les innovations de son système de protection de la propriété industrielle et surtout, entretenir ce lien de proximité avec les entrepreneurs et le public en général.

Parmi les nombreux visiteurs, le stand OAPI a accueilli le Ministre en charge de l’Industrie du Cameroun, par ailleurs Vice-Président du Conseil d’Administration de l’Organisation, M. Gabriel DODO NDOKE qui pour la circonstance, était accompagné du Directeur général de l’Agence de Promotion des Investissement du Cameroun (API), Mme Marthe Angéline MINJA.

PROMOTE est un salon multisectoriel qui rassemble les entreprises de toutes tailles, les administrations, les institutions et organisations diverses. Il accueille à chaque édition plus de 1000 exposants, de 30 pays, dans des filières telles que : l’Agriculture et l’agro-industrie, l’énergie, l’industrie, le BTP, les mines, les infrastructures, les TIC, la santé, la banque et la finance, les assurances, le tourisme, l’artisanat, la communication, etc.

 

C’était au Nigéria, lors de la Conférence Nationale des 17 et 18 février 2022, sur la création d'un cadre légal et institutionnel pour les Indications Géographiques (IG).

L'ouverture de cette conférence, organisée par l’AfriPI (Projet des Droits de la Propriété Intellectuelle et de l’Innovation en Afrique) avec le concours de la Délégation de l'Union Européenne au Nigéria, du Ministère nigérian en charge de l’Industrie, celui en charge du Commerce et du Centre Africain de Recherche sur le Commerce International, a connu le mot de bienvenue du Directeur Général de l’Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle (OMPI).

Monsieur Daren TANG a félicité et encouragé le Nigéria dans cette démarche de protection des produits locaux par le mécanisme des IG qui, a-t -il rappelé, a fait ses preuves dans diverses autres régions en l’Afrique et de par le monde.

Pendant deux jours, les participants ont échangé sur la promotion et l’impact économique des IG, ainsi que sur les meilleures pratiques en matière de protection, avant de se pencher sur l'examen du projet de loi sur les IG au Nigéria, les perspectives et enfin, les atouts et défis pour l'adoption de la loi sur les IG.

C’était l’occasion pour l’OAPI- à travers Mme DJONDA Marie Bernadette- de partager son expérience en matière d’accompagnement juridique, de protection et de promotion des Indications Géographiques.

Il convient de rappeler que plusieurs produits ont bénéficié de cet accompagnement de l’OAPI, avec pour aboutissement leur LABELISATION EN IGP (Indication Géographique Protégée) : le poivre de Penja et le miel blanc d’Okou du Cameroun, le café Ziama Macenta de Guinée ou encore l’ananas pain de sucre du Bénin.

Une expérience appréciable pour le Nigéria, pays riche en divers produits locaux à l'instar du Ijebu Gari, Kilishi of Nothern Nigeria, Nsukka Yello pepper, et plusieurs autres produits qui ont été exposé au cours de cette conférence.

 

 

 

Le Séminaire National de sensibilisation sur le système protection des obtentions végétales s’est ouvert le 14 février 2022 à Conakry en Guinée.
Pendant trois jours, les chercheurs, experts, consultants, et acteurs publics et privés des filières agricoles échangeront sur les mécanismes de protection et de valorisation des variétés végétales et leur intérêt pour le développement agricole en Guinée.
Le séminaire s’est ouvert sur une présentation de l’OAPI et les spécificités de son système de protection des obtentions végétales d’une part, et le rôle et le fonctionnement de l’Institut de Recherche Agronomique de Guinée (IRAG) d’autre part.
Les participants ont également été éclairés sur le rôle des Institutions spécialisées telles que l’Union pour la Protection des Obtentions Végétales (UPOV), l’Office Communautaire des Variétés Végétales (OCVV), ainsi que les mécanismes de coopération et d’interactions entre elles et les Etats membres de l’OAPI.
D’autres experts venus des Institutions nationales et régionales africaines ont également partagé leur expérience. C’est le cas de Monsieur Yacouba DIALLO du Conseil ouest et centre africain pour la recherche et le développement agricoles (CORAF). Ce dernier a expliqué l’implication du CORAF au sein des Etats Membres, en termes d’assistance pour les reformes administratives et politiques, mais aussi dans le domaine du renforcement des capacités en matière d’inspection, de certification technique et d’entreprenariat semencier.
Des exemples pratiques de l’examen DHS (Distinctivité Homogénéité et Stabilité) des nouvelles variétés, ainsi que les stratégies de valorisation et d’organisation de la recherche ont également été partagés par madame Louise AKANVOU du Centre National de Recherche Agronomique (CNRA) de Côte d’Ivoire.
L’inscription, la protection et la certification , ainsi que l’élaboration des protocoles à partir des directives d’examen de l’UPOV- autres aspects techniques liés aux obtentions végétales- seront successivement abordés lors de la dernière journée, par les autres partenaires au projet qui sont : le Groupe d’Etude et de Contrôle des Variétés et Semences (GEVES), le Service d’inspection néerlandaise pour l’Horticulture (NAKTUINBOUW) et l’organisation interprofessionnelle française pour les semences et les plantes (SEMAE).
La fin des travaux sera marquée le 16 février 2022 par une table ronde devant aboutir à l’identification des grandes lignes de politiques modèles sur l’organisation du secteur public et privé en matière de création, de protection et de valorisation des nouvelles variétés végétales en Guinée.

 

Le Séminaire National de sensibilisation sur le système de protection des obtentions végétales organisé en Guinée Bissau s’est ouvert ce mercredi 9 février 2022.
La cérémonie d’ouverture, présidée par M. Tcherno DJALO Ministre du Commerce et de l’Industrie de la République de Guinée Bissau, s’est déroulée en présence du Secrétaire Général du Ministère de l’Agriculture et du Développement Rural de Guinée Bissau, du Représentant de la FAO, celui de l’Union Européenne et - en visioconférence- du Directeur Général de l’OAPI, M. Denis L. BOHOUSSOU.
A l’entame de son propos, M. BOHOUSSOU a exprimé toute sa reconnaissance au Gouvernement de la République de Guinée Bissau pour l’accueil chaleureux réservé à la délégation de l’OAPI, et pour l’implication personnelle du Ministre du Commerce de l’Industrie, Administrateur de l’OAPI pour la République de Guinée Bissau pour la tenue de ce séminaire, malgré le contexte sanitaire lié à la pandémie de la Covid-19.
C’était l’occasion pour lui de redire la détermination de l’OAPI à poursuivre l’accompagnement des états membres à travers la mise en place de programmes ambitieux adaptés à la valorisation de tous les actifs de Propriété industrielle, à l’instar du Projet de renforcement et de promotion du système de protection des obtentions végétales en abrégé PPOV.
« La protection des variétés végétales ne doit pas être perçue comme une contrainte, mais comme un atout majeur de la production agricole diversifié. Il y va de l’intérêt de nos populations » a-t-il conclu, avant d’exprimer sa reconnaissance à l’endroit de la Commission de l’Union Européenne et l’Organisation des Etats d’Afrique et du Pacifique (OACP) qui ont permis la mise en œuvre de cet ambitieux projet.
Le Ministre du Commerce et de l’Industrie -Administrateur de l’OAPI en Guinée Bissau- a, par la suite délivré son discours d’ouverture et, après avoir souhaité une chaleureuse bienvenue aux participants, n’a pas manqué de souligner que la Guinée Bissau présente toutes les caractéristiques requises pour atteindre des gains économiques, à condition d’appliquer les principes de la propriété intellectuelle.
« Nous sommes à l’époque de l’économie du savoir et notre nation doit s’adapter car la recherche et la propriété industrielle déterminent la place d’un pays dans l’économie mondiale ».
Le Ministre a réaffirmé son engagement à implémenter l’annexe 10 de l’Accord de Bangui sur les obtentions végétales, avant de lancer un appel à tous les acteurs, centres de recherches, société civile et universités, pour davantage de mobilisation afin de faire avancer la recherche.
Le projet PPOV lancé le 23 septembre 2019 est le fruit de la coopération entre l’OAPI, la commission de l’Union Européenne et l’OACP, qui bénéficie de l’appui techniques d’intuitions spécialisées telles que l’Union pour la Protection des Obtentions Végétales (UPOV) et le GEVES ou encore le Service Néerlandais d’Inspection de l’Horticulture (Naktuinbouw) pour ne citer que celles-là.
Les travaux de Bissau s’acheveront au 11 février 2022.

 

Page 14 sur 72
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. Cookie policy. I accept cookies from this site. Agree