Actualité

Actualité

 

 

L’Afrique célèbre ce 13 septembre 2020, la « Journée africaine de la technologie et de la propriété intellectuelle ». La célébration de cette journée est généralement marquée par l’organisation de diverses activités dans les Etats membres de l’Organisation Africaine de la Propriété Intellectuelle (OAPI). Ces activités visent à mettre en lumière le rôle que peuvent jouer la technologie et la propriété intellectuelle dans le développement de l’Afrique.

Cette année, cette célébration se fait dans un contexte marqué par la pandémie liée à la COVID-19 qui, de toute évidence, compromet toute activité de nature à mobiliser du public, en raison des mesures barrières édictées par les Etats membres.

C’est donc en considération de ce contexte que l’OAPI et ses partenaires, à savoir : l’Organisation Régionale de la Propriété Intellectuelle (ARIPO) et l’Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle (OMPI) ont décidé de commémorer cette journée de façon toute particulière en mettant à profit les ressources du numérique pour organiser un séminaire virtuel, un webinaire. Ce webinaire se tient le lundi 14 septembre 2020, entre 10 h30 -12 h (GMT + 1), en langue française et de 15h à 16h 30 (GMT + 2) en langue anglaise.
Il sera donc question à travers le thème général : « Le rôle des offices de propriété intellectuelle en Afrique dans le contexte de la Covid-19 », de permettre des échanges entre un panel d’experts et un public spécifique, tout en sensibilisant le grand public sur le rôle majeur que peuvent jouer la propriété intellectuelle (PI) et les offices qui en font la promotion, dans une situation de crise sanitaire.

Pourquoi un webinaire sur le rôle des offices de PI dans le contexte de la Covid-19 ?
La pandémie du Covid-19 constitue une menace considérable pour le développement humain et met en péril l’économie mondiale.

Pour juguler cette menace, des mesures ont été prises çà et là, limitant drastiquement la circulation des hommes et des biens à travers le monde ; d’où la récession économique de grande ampleur qui se profile à l’horizon.
Dans ce contexte, les recherches se sont accélérées sur les questions de la santé et des domaines connexes, notamment celui de la pharmaceutique. Au-delà des inventions et donc des brevets sur les médicaments ou vaccins, d’autres dispositifs médicaux ou paramédicaux voient le jour afin d’éradiquer le mal ou à tout le moins, d’en atténuer les effets néfastes sur la santé humaine.

Dans cette effervescence, la propriété intellectuelle joue un rôle central étant donnée la course à l’appropriation privative des droits de propriété intellectuelle qui s’ensuit inéluctablement.
Dès lors, les offices de propriété intellectuelle deviennent des acteurs de premier plan dans la recherche des solutions à la crise sanitaire de la Covid-19. Cette posture centrale tient en raison même de la double fonction d’un office de propriété intellectuelle. D’une part, une fonction notariale – la délivrance des titres de propriété industrielle - et d’autre part, une fonction de développement, à travers entre autres, la diffusion de l’information technique au profit des chercheurs et des institutions de recherche.

Dans le contexte ambiant, il a semblé opportun de susciter un moment de réflexion et de questionnement sur le rôle que les offices de propriété intellectuelle en Afrique peuvent véritablement jouer face aux défis sanitaires de la Covid-19.

Il s’agit d’un webinaire gratuit et ouvert sur la plateforme Zoom. Pour s’inscrire, cliquez sur les liens ci-dessous :

https://us02web.zoom.us/webinar/register/WN_zPRwaGCkSa6RIjtQYQg4ig ( pour la version anglaise)

https://zoom.us/j/96073179630?pwd=SVdBZmZRc0RoSFVGQ2pMdDFNSTVLUT09 (pour la version française)

 

« En dépit de la pandémie, l’affluence est telle que notre service a réussi la résilience et avons assez bien fonctionné dans le respect évidemment des règles strictes éditées par l’ANSS.

A ce jour près de 70% des marques de produits et services vendus sur le marché guinéens sont protégés à l’OAPI à travers le ministère de l’Industrie. » fait savoir M. Mamadou BILO BAH, Directeur général du Service de la Propriété Industrielle, dans une interview accordée au journal Leverificateur.net.

Parlant de l’appui de l’OAPI à la Guinée, M. BILO BAH fait savoir : « le Ministère de l’Industrie et PME a obtenu de l’OAPI un accord de financement de la labellisation et emballage de l’ananas Baronne de Guinée destiné au commerce. Ensuite l’obtention d’un second accord pour le financement de l’installation de l’unité de torréfaction du café Ziama déjà labelisé. A cela s’ajoute à labellisation en cours de l’ananas, du pagne kindely de kindia, du miel de faranah et djaguissa. » Lire l’intégralité de l’interview http://leverificateur.net/12487-2/

Ce lundi, 17 août 2020, le Directeur Général de l’OAPI a procédé à la remise des fiches d’objectifs à l’ensemble des directeurs de départements de l’Organisation au cours d’une brève cérémonie tenue au siège à Yaounde.

Il s’agit d’un marqueur important de l’histoire de l’institution. Par cet acte du top management, la rupture avec la gestion par objectifs qui jusque-là a prévalu, est consommée. L’OAPI s’arrime ainsi à la Gestion Axée sur les Résultats (GAR), avec en toile de fond, la vision d’en faire une organisation moderne et performante.
Il est question que chaque fonctionnaire soit évalué sur la base des objectifs qu’il se serait fixé, avec des indicateurs de performance, un suivi et un accompagnement constants de la hiérarchie. L’intérêt est de permettre la production des résultats tangibles se prêtant à une évaluation objective.

D’où la satisfaction de M. Serigne TOURE, Contrôleur Financier de l’OAPI qui se félicite que la direction générale se soit engagée dans ce mode de gouvernance. Son intervention fait suite à celle de M. Jean-Baptiste WAGO, Directeur Général Adjoint, qui a rappelé toutes les étapes du processus dont l’aboutissement est la signature de ce qu’on peut à juste titre, qualifier de contrat de performance.

M. Denis BOHOUSSOU, le DG, a souligné l’importance de cette cérémonie symbolique. Une cérémonie qui sonne comme un appel à plus de responsabilité et d’engagement. Il a par la même occasion, invité les directeurs de département à poursuivre le même exercice avec leurs collaborateurs respectifs.

L’accès à des semences de qualité constitue un véritable défi pour les paysans africains dans un contexte marqué par le changement climatique.
Pour relever ce défi, il est nécessaire de mettre à leur disposition un matériel végétal adapté à travers le système des obtentions végétales.

Page 6 sur 39
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. Cookie policy. I accept cookies from this site. Agree